Arthur Arutkin en état de grâce à Quiberon

arthur arutkin stand up paddle

Du haut de ses 17 ans, le Nordiste a littéralement tout raflé en ce week end de championnat de France de stand up paddle, en presqu’ile de Quiberon (Morbihan). Pour sa première victoire de l’année, il a frappé un grand coup en remportant l’or sur la Longue Distance et sur la Technical Race le lendemain.

Arthur Arutkin en or… et beaucoup d’espoirs

Avec un statut d’Espoir du stand up paddle français, le jeune rider ne partait pas réellement grand favori des épreuves. Et pourtant. En deux jours de compétition, il aura mis tout le monde d’accord dans un premier temps lors de la Longue Distance de 13km qu’il boucle en 1 h 21’44’’ puis lors de la Technical Race lors de laquelle il aura montré toute l'étendue de son talent et de sa maîtrise du stand up paddle.

Il prouve ainsi qu'il peut être une figure de proue du stand up paddle français dans les années à venir.

Titouan Puyo en argent…deux fois

Si Arthur Arutkin a remporté toutes ses courses ce week end, le Calédonien Titouan Puyo, champion du monde de Longue Distance 2014 au Nicaragua et champion de France en titre, a quant à lui terminé deuxième dans chacune des épreuves.

A la troisième de la Technical Race, on retrouve le jeune Breton originaire de Saint Malo Martin Letourneur alors que c’est le Nantais Eric Terrien (Bic Sport) qui termine avec la médaille de bronze lors de la Longue Distance.

Caroline Angibaud et Céline Guesdon s’imposent chez les Femmes

Sur la Longue Distance féminine de stand up paddle, c’est l’Antiboise Céline Guesdon (Bic Sport Paddle) qui repart avec le titre national avec une course achevée en moins de deux heures.

Le lendemain, place à la Technical Race et ce coup-ci, c’est la Vendéenne Caroline Angibaud, championne du monde de SUP surf, qui s’impose devant la surprenant bretonne Solange Pruvost. Céline Guesdon prend la troisième place.

Réactions des athlètes

Arthur Arutkin (champion de France technical race) : « C’est un super championnat pour moi avec quatre médailles d’or, deux en Open et deux en espoirs. Les conditions étaient magiques aujourd’hui, de belles vagues, le vent qui était tombé. C’était génial. Au dernier tour, c’était serré. J’ai vu qu’ils me rattrapaient et j’ai pris une vague au plus vite pour prendre de l’avance et aller m ‘échapper. Je suis vraiment très heureux de mes championnats. »

Titouan Puyo (vice-champion de France technical race) : « Cette deuxième place me satisfait davantage que celle d’hier. Sur la longue distance, j’avais des regrets, c’était un coup dur. J’ai bien progressé dans les vagues ces derniers temps. En début d’année, je n’aurais jamais pu faire ça. Arthur (Arutkin) nous a montré qu’il était le gars du week-end. Dommage que je chute sur cette vague au deuxième tour. Le travail paye sur les vagues. Mon bilan ? Deux fois deuxième, ça confirme que je suis dans le coup. »

Caroline Angibaud (championne de France technical race) : « La seule chose qui me plaisait était le passage de barre et le surf car je savais que Céline Guesdon était injouable sur le plat entre les bouées au large. J’ai eu une longue vague au début en surf, j’ai pu me reposer dessus. J’avais fait deuxième aux championnats de France à Crozon, il y a deux ans, car il y avait des vageus. C’est un autre sport la beach race, mais ça me plait quand il y a du surf. Les Mondiaux en race ? Non, non, pas du tout. Je préfère me concentrer sur le surf. Je ne peux pas tout faire. Il faut être réaliste, je n’ai pas la technique pour aller affronter les meilleurs sur le plat. »

stand up paddle

Solene Pruvost, Caroline Angibaud, Celine Guesdon