Pêche exotique : techniques et matériel

Croiser le fer avec un barracuda ou un espadon est un défi, autant au niveau du bonhomme que du matériel ! La pêche exotique est une pêche de passionnés. D’abord apparue sur les côtes africaines, au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Gabon, puis partout dans le monde, comme à Madagascar, au Mexique, au Costa Rica, sur les côtes Maldives, en Thaïlande ou en Nouvelle-Calédonie, la pêche exotique fait à présent de nombreux émules. Parcourir les eaux du globe pour débusquer un poisson-coq au Mexique, une carangue en Nouvelle-Calédonie ou un espadon au Sénégal est plus que grisant. Mais pour réussir son voyage de pêche, il est indispensable d’adapter sa technique et son matériel. 

Le lancer et le lancer lourd

Le lancer lourd se pratique avec des cannes courtes et puissantes de 50 à 80 lbs. Ne lésinez pas sur la qualité du moulinet. Une fois garni de tresse, il doit pouvoir projeter aisément vos maxis poppers, stickbaits, et autres poissons-nageurs de plus de 200 grammes à plus de 70 ou 80 mètres. 

Pêche coryphène

La pêche à la calée

Pour une pêche plus reposante que le jig ou le lancer, vous pouvez vous essayer à la pêche à la calée. C’est aussi un bon plan B si la technique du leurre fonctionne mal.

Pour la pêche à la calée, vous pouvez utiliser vos cannes à lancer équipées d’un nylon fort, 50 ou 60/100, sur le moulinet équipé d’une tresse, avec de grands hameçons renforcés. Le bas de ligne le plus adapté est coulissant et en acier de 80 à 200 lbs ou en nylon de 100 à 160/100. Notez tout de même que la pêche à la calée est une pêche « calme » tant que ça ne mord pas. Lors des prises, le combat sera aussi tonique qu’au jig ou au lancer !

La pêche à la traîne

Pour la pêche à la traîne, vous pouvez une fois de plus utiliser vos cannes à lancer, équipées de leurres de taille moyenne. L’intérêt de la pêche à la traîne est que tout est envisageable. N’importe quel carnassier passant par là peut se laisser tenter si l’appât lui convient, même si cette technique privilégie les prises de marlins, espadons voiliers ou sailfish, coryphènes ou wahoos. Pour mettre toutes les chances de votre côté, montez plusieurs cannes avec différents appâts et prospectez à différentes profondeurs. Ne faites pas l’impasse sur la qualité ni sur la puissance de la canne. Même à la traîne, le combat qui suit la prise met le matériel à rude épreuve. Pour essayer cette technique, profitez d’un déplacement entre deux spots pour rentabiliser votre session de pêche et vivre une expérience supplémentaire.

La pêche au jig  

Les plus sportifs apprécieront la pêche au jig. Elle se pratique avec le même matériel qu’en France, mais en version renforcée. En canne jigging ou en canne à lancer, le plaisir est identique. Pensez par contre à emmener suffisamment de jigs, car entre les requins et les barracudas, les coupes et les casses sont nombreuses.

La pêche au leurre de surface  

La pêche au leurre de surface est certainement ce qui symbolise le plus la pêche exotique. On a tous en tête des scènes spectaculaires, fictives ou réelles, d’attaque de gros carnassiers en surface, acharnés sur un popper ou un stickbait, et le combat qui suit entre le pêcheur et sa proie. Ces images sont à l’origine de l’engouement que l’on connaît pour la pêche tropicale. 

Pêche côtière vs pêche hauturière 

Selon l’espèce recherchée, on adapte sa technique et son matériel, mais aussi le spot de pêche. En pêche côtière les eaux sont turbides, et si l’on s’éloigne des côtes, on atteint des eaux plus cristallines. Mais la pêche au gros se pratique aussi bien près des côtes qu’au large, selon le carnassier que vous ciblez.

La pêche côtière

En pêche côtière, vous naviguez à 3 ou 4 nœuds, dans les eaux troubles où se cachent les barracudas, les poissons-coq ou Roosterfish, les bécunes et autres thazards.  

La pêche hauturière

En haute mer, la technique la plus utilisée est la pêche à la traîne, à une vitesse moyenne de 7 nœuds. C’est la technique idéale pour ramener les marlins, sailfish ou thonidés. Elle se pratique avec une canne puissante, assez solide pour remonter un carnassier de plus de 40 kilos.  

Préparez votre voyage 

Un voyage de pêche se prépare minutieusement. Vous ne trouverez probablement pas d’enseigne de matériel de pêche à l’autre bout du monde, alors tout oubli est forcément préjudiciable ! 

Boite à pêche

Matériel et Accessoires

Selon votre destination, les conditions de pêche locale diffèrent, tout comme les espèces à pêcher, et donc le matériel à sélectionner. Prévoyez au minimum et en quantité suffisante :

  • Des cannes multibrins, de 2,40 à 3 mètres, plus faciles à transporter. Elles doivent être puissantes pour encaisser les rushes ;

  • Des bobines de rechange de tresses ;

  • Des bas de ligne acier ;

  • Des anneaux brisés et des anneaux soudés ;

  • Des pinces ;

  • Un harnais de dos ou un baudrier, pour plus de confort ;

  • Des fluorocarbones résistants de différents diamètres ;

  • Des boîtes de rangement pour une bonne organisation.

Popper peche exotique

Les leurres 

Le basique du leurre reste le popper, car c’est lui qui a rendu populaire la pêche au gros. Mais il est bruyant et s’il attire certains poissons, il en alerte d’autres. N’hésitez donc pas à varier pour passer à des leurres plus lourds et plus résistants :

Prévoyez aussi une armature traversante inox type « full wire », capable de résister aux mâchoires acérées des gros carnassiers.


La pêche au poisson exotique se pratique forcément dans des destinations paradisiaques. Si vous êtes passionné de pêche et avez l’âme conquérante, cette aventure ne peut que vous ravir. Associer le voyage et la pêche est effectivement une double évasion. Mais pour être certain de ramener les poissons-trophées de vos rêves, prévoyez le matériel adéquat et en quantité suffisante. Une bonne préparation en amont est la clé pour un voyage de pêche inoubliable et réussi.

Crédit Photo Pixabay