Pêcher la Dorade

La daurade est un poisson commun, très présent dans les eaux françaises. On distingue trois sortes de dorade, la dorade royale, la dorade rose et la dorade grise. 

Portrait de la dorade

La dorade possède une petite tête et une petite bouche garnie de nombreuses dents (2 à 4 rangées de molaires et 4 à 6 « canines »). Son corps haut et rayé de barres verticales devient très sombre au moment du frai (ponte des œufs du poisson). La daurade est surnommée « la belle au sourcil d’or » en référence au reflet doré qu’elle possède entre les deux yeux. En ce qui concerne sa taille, la dorade royale peut mesurer jusqu’à 60 centimètres, pour un poids de 2,5 kg, mais, en moyenne, elle oscille entre 20 à 50 cm de longueur.

Dorade grise

Que mange la dorade ? 

La dorade se nourrit essentiellement de vers marins, de coquillages, de crustacés et de petits poissons. C’est donc un poisson carnivore, à la mâchoire puissante et dotée d’une impressionnante dentition. Se déplaçant en bancs de plusieurs centaines de spécimens, la daurade peut se transformer en véritable petit piranha lorsqu’il s’agit de dévorer un poisson affaibli ou mourant. Elle fait également des ravages dans les parcs ostréicoles, où elle décime les jeunes moules qui tapissent les rochers. 

 

Où vit la daurade ? 

La daurade royale est un poisson côtier et fouisseur qui vit sur les fonds meubles (graviers, sable, herbiers) à une profondeur qui varie de quelques centimètres à plusieurs centaines de mètres.

La daurade vit en eau plus ou moins profonde selon son âge. Les jeunes daurades évoluent près des côtes à moins de 20 mètres de fond, tandis que les plus anciennes peuvent vivre jusqu’à 300 m de profondeur. Aux beaux jours, elles remontent à une profondeur de 20 à 50 mètres.

Tout comme le sar, la daurade est un poisson hermaphrodite : il nait mâle puis se transforme en un poisson femelle. Lors de la période de reproduction, la belle au sourcil d’or quitte les côtes pour gagner la haute mer. Elle peut pondre jusqu’à 200 000 ovules par kg de son poids. Ses œufs seront gardés par le mâle qui aura creusé un « nid » à cet effet.

Dorade royale

Comment pêcher la daurade ?

La daurade est un vrai plaisir pour de nombreux pêcheurs car elle se pêche de bien des façons. En bateau, au tenya, à l’appât, au lancer, toutes les techniques sont bonnes pour ramener de la dorade au dîner. 

Les saisons propices à la pêche à la dorade sont le printemps et l’automne. 

La pêche de la daurade royale se fait au surfcasting, idéalement avec une canne surfcasting et un moulinet à tambour fixe. De son côté, la dorade grise peut se pêcher à soutenir.

 

Pêcher la daurade en bateau

Depuis le bateau, utilisez une bonne canne à buscle, longue de 3, 4 voire même 5 mètres selon vos préférences, pour absorber les rushs lors de la prise et éviter les casses. Utilisez une tresse fine de façon à ressentir les touches les plus légères. Et pour contrer la méfiance de Miss Daurade, prévoyez d’ajouter un bas de ligne de 5 à 7 mètres, en fluorocarbone plutôt qu’en nylon. 

Pêcher la daurade depuis la berge  

Pêche de la daurade au surf-casting

Méfiante et craintive, la dorade ! Elle goûte avant de mordre, bouscule l’appât du bout des lèvres, et a vite fait de changer d’avis au moindre mouvement suspect ! Il est donc nécessaire de se faire discret. Le surf-casting permet d’utiliser du fil très fin, des esches naturelles et des montages légers qu’on laisse se poser délicatement au fond. Privilégiez le montage coulissant pour endormir la vigilance de la belle.

Pêche de la daurade à la moule emboîtée 

La pêche à la moule emboîtée est la technique de prédilection des pêcheurs de beaux sparidés tels que la dorade royale. Comme pour le surf-casting, on privilégie une longue canne à buscle pour sa discrétion et sa sensibilité à détecter les touches les plus infimes. À la différence de la pêche au lancer en surf-casting, le montage à la moule emboîtée est fragile et se pose par de délicats mouvements de balancier. L’emboîtement de la moule laisse la part belle aux gros sparidés aptes à briser la coquille du crustacé, en évitant que les petits poissons ne viennent grignoter l’appât. 

Enfin, la daurade n’aime ni les remous ni les vagues, mais elle aime fouiller le sol sablonneux après la tempête. L’idéal pour partir à sa quête est donc un lendemain d’orage. Après quelques jours de mer calme, la daurade a en effet tendance à rester en retrait, et devient difficile à attraper, même pour un pêcheur aguerri.

Mailles: Les tailles minimales de capture autorisées sont:

En Mer Méditerranée :

- Dorade Commune : 33cm

- Dorade Grise : 23 cm

- Dorade royale : 23cm

En Mer du Nord, Atlantique et dans la Manche :

- Dorade royale : 23cm

- Dorade grise et rose : 23cm

Crédit photo commons.wikimedia.org (Par Gronk — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=4389228) (Par David Blaikie — originally posted to Flickr as SardinianFish, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=6371569)