La pêche en eau douce

peche_eau_douce

Contrairement à la pêche en mer et pour pouvoir assouvir leur passion, les pêcheurs devront s’acquitter d’un permis qui leur donnera le droit de pêche. Ils devront également se soumettre à des périodes d’ouverture et de fermetures différentes selon les espèces.

La pêche de la truite

C’est elle qui marque le début de la saison de pêche et c’est un jour de fête pour de nombreux adeptes. Le fait de se retrouver canne en mains au bord de la rivière à se raconter les exploits de la saison dernière redonne le moral à tous les passionnés. La pêche au toc avec des cannes télé réglables ou dites «à l’anglaise» et la pêche au vairon manié ou aux leurres avec des cannes à lancer ont largement la faveur des pêcheurs.

La pêche des carnassiers

Que ce soit au lancer de leurres, au poisson mort manié ou bien encore au vif, les perches, brochets, sandres et autres black bass n’ont pas une vie très tranquille d’avril à décembre. En effet, les adeptes de cette pêche dite  « sportive » sont nombreux à « tremper le fil » le long des berges des étangs ou des rivières. Une variante de cette pêche est en train de faire son chemin : il s’agit du Street Fishing ou pêche urbaine, les carnassiers en sont toujours la cible mais l’action se passe en zones urbaines avec un matériel très léger.

La pêche au coup

C’est bien souvent le premier contact avec le monde halieutique. Combien de vrais passionnés sont devenus accrocs à la pêche après avoir vu disparaître brusquement dans les flots le flotteur de la ligne qu’ils surveillaient ? Gardons, brèmes, ablettes, goujons sont sans doute les premiers trophées du débutant. Pour tous ceux qui continuent dans cette technique, l’utilisation d’un matériel plus performant, notamment pour la canne, sera de mise.

La pêche à la mouche

une technique qui a mis du temps à se démocratiser à cause de nombreuses rumeurs qui prétendaient que celle-ci était réservée à une élite (un peu comme le tennis ou le golf à leurs débuts) rapport au geste du lancer soit disant difficile à acquérir. Heureusement, ceci n’est plus qu’un lointain souvenir. Cette pêche est à la portée de tous et de plus les espèces prenables à la mouche sont nombreuses : truites, bien entendu, mais également ombres, chevesnes, carpes ainsi que tous les carnassiers (brochets, perches, black bass).

La pêche de la carpe

A ses débuts, il y a une vingtaine d’années, la pêche moderne de la carpe a fait grand bruit dans le monde halieutique. Elle a changé notamment l’image et la mentalité du pêcheur : terminé les poissons agonisant dans un seau en plein soleil, les cannes aux anneaux cassés et les vieux habits. Les carpistes modernes nous ont enseigné le respect du poisson avec le no kill, le beau matériel avec des ensembles cannes/moulinets entretenus, les vêtements adaptés avec des ensembles propres et taillés pour le pêcheur. En changeant tout ça, ils ont su modernisé leur technique en l’adaptant à l’époque contemporaine et toute la pêche en général a bénéficié de ce changement. L’histoire est en train de se répéter à l’heure actuelle avec la pêche qui monte, qui monte….. je veux parler de la pêche du silure, le plus gros des carnassiers d’eau douce.

Pour terminer, on ne manquera pas d’évoquer ce que j’appellerais les pêches exotiques. A savoir la recherche des poissons trophées qui hantent les eaux des contrées lointaines et ensoleillées. Que ce soit en mer ou en eau douce, les dépaysements et les sensations seront totales. Mais après tout, c’est bien ce que recherchent les pêcheurs voyageurs.

Pour conclure, la pêche donne et peux donner encore énormément de plaisir à des milliers de pratiquants à condition toutefois de respecter d’une part le stock de poissons existant et les tailles autorisées et d’autre part en protégeant les milieux aquatiques de toutes nuisances comme par exemple la pollution.