Le Corb disparait du tableau de chasse

Le moratoire du 24 décembre 2013 interdisant la pêche au corb pendant les cinq prochaines années fait grincer des dents les amateurs de chasse sous marine. Une décision qui apparaît comme injuste pour eux qui se sentent victime de leur passion jugée politiquement incorrecte en des temps où l’écologie est à la mode.

Après le mérou (dont le moratoire a été renouvelé pour dix ans), c’est donc le corb que les pêcheurs devront laisser évoluer devant leur fusil harpon. Parmi les protagonistes visés par la colère des chasseurs figure le GEM. Le Groupe d’Etude du Mérou a en effet effectué une étude portant sur la localisation des corbs en Mer Méditerranée et les résultats sont plutôt étonnants : en 2011, à Scandola (Corse), on dénombre 33 fois plus de corbs dans les zones protégées que dans les zones ouvertes à toute forme de pêche, dont la chasse sous-marine. Les corbs sont quasiment absents des zones ouvertes à la pêche. D’où cette interrogation sur l’urgence de protéger l’espèce.

Pire encore, les professionnels de la pêche ne sont pas concernés par cette mesure : Qui des professionnels ou des pêcheurs loisirs ont le plus d’impact sur l’espèce ? Difficile à déterminer. Toujours est-il que Nicolas Chardin, chef de Service à la Direction Interrégional de la mer Méditerranée, n’accable quiconque : « Aucun public n’est visé en particulier par ce moratoire, nous cherchons seulement à protéger l’espèce, comme nous en avons l’obligation, rappelle-t-il. Il y a peu de pêche du corb à l’hameçon, sauf accident, il s’agit surtout d’un poisson de chasse sous marine. Les chasseurs sont donc plus impactés, c’est vrai, mais c’est une conséquence de l’arrêté, pas une cause ».

Un recours reste possible mais sans pour autant avoir des chances d’aboutir. Plus question donc de chasser le corb pour les cinq prochaines années donc et dans le cas où vous ne respecteriez pas cette règle, vous pourriez vous voir attribuer une amende pouvant s’élever à 22 500€ ! Cher pour un corb, non ?

 
corb