Stand up paddle : Quelles matières de fabrication ?

Depuis l’avènement du stand up paddle que nous qualifierons de « moderne », les marques (Naish, Starboard, Red Paddle, Aqua Design, etc.) ne cessent de fabriquer des planches toujours plus fiables et plus légères, qui peuvent s’adapter au type de pratique souhaitée (balade, randonnée, race, surf et downwind). Faisons le point sur les matériaux de fabrication.

Les premières planches de SUP paddle étaient fabriquées de la manière suivante : on utilisait un cœur de polystyrène auquel on ajoutait une couche de fibre puis du gelcoat. Si le poids de ces planches était conséquent, elles résistaient à l’épreuve du temps de manière remarquable. Ce procédé est similaire à la technique de fabrication des planches à voile.

Les techniques ont depuis évolué et voici les matériaux dorénavant utilisés :

paddle ozen

SUP gonflables : les stand up paddle gonflables étaient auparavant fabriqués en PVC. Aujourd’hui, le SUP gonflable connait un essor considérable et les marques se sont adaptées. Dorénavant, elles utilisent des procédés simple couche ou double couche (plus la planche sera épaisse et plus sa rigidité sera importante mais plus son prix sera également élevé). Aussi, à l’intérieur de la structure du SUP gonflable se trouvent des filaments qui sont là pour prendre la forme finale du SUP. (Photo : Ozen 10.0)

 
 

naish nalu 11.6 2016

SUP Fibre : bon compromis poids/prix. Stand up paddle fabriqué à partir d’un moule que l’on remplit de fibre époxy puis de gelcoat. (Photo : Naish Nalu 10.6 GS 2015)


paddle_maliko_12_6_pack

SUP carbone : le carbone étant la matière la plus légère, on l’utilisera de préférence pour de la race. (Photo : Naish Maliko Carbon Elite 2017)


stand up paddle bic sport dura-tec

SUP polyéthylène : procédé similaire à celui des kayaks : utilisation d’un moule qui tourne dans lequel on va insérer des billes de pastique. Ce type de stand up paddle n’est utilisé que par des écoles de SUP. (Photo : Bic Sport Paddle Dura-Tec 9.4)