La chasse à l'indienne

La chasse à l’indienne est une chasse qui peut être interprétée comme une sorte d’embuscade active. Elle fait référence à la légendaire finesse des indiens en action de chasse. En fait, il s’agit tout simplement de se déplacer en espérant surprendre le poisson, en nageant très lentement, le plus discrètement possible.  

 

Définition

L'indienne est une technique de chasse sous-marine qui consiste à explorer sous l’eau, soit en surface, soit au fond, ou encore lors de la descente ou de la remontée, ce qui multiplie les chances, en restant discret. On l’appelle aussi chasse à la volée.

Le but est de se fondre dans le décor, pour faire oublier sa présence, on suit le relief (laminaires, rochers, tombants) en s’aidant de celui-ci pour se déplacer sans palmer ou presque. Contrairement à la coulée, le chasseur évolue à l’horizontale, ce qui est plus confortable et naturel. C’est pourquoi sans le vouloir, c’est la plus pratiquée par le chasseur débutant.

 

Technique de l’indienne

Elle se pratique de trois façons différentes:

  • l’indienne de surface : longer le bord telle une anguille en utilisant le relief au mieux, afin d’évoluer le plus discrètement possible. Le but étant de surprendre le poisson, même dans très peu d’eau, en profitant des roches ou des algues qui masquent le chasseur.

  • l’indienne de fond : après un canard pour descendre, ramper sur le fond et se déplacer en évitant tout bruit. Particulièrement utile lorsqu’on aperçoit quelques poissons à distance ou pour aborder une arête rocheuse.

  • à la remontée : elle est d’autant plus excitante lorsqu’on remonte le long d’une paroi, car le poisson ne se méfie pas autant de ce qui vient d’en-dessous. Elle se pratique aussi en descendant mais, dans ce cas, c’est davantage une technique d’exploration qui aide à localiser le poisson.

 Plongeur apnée chasse sous marine

Difficultés

  • Être totalement silencieux (attention aux bruits parasites)

  • Anticiper et être rapide

  • Avoir beaucoup de réflexes pour décocher le tir au bon moment quelles que soient les conditions et la posture

  • Scanner mentalement l’environnement, observer le sens du courant, la topologie des lieux, les habitudes des poissons

  • Épouser le relief : se déplacer lentement au ras du sol en s’aidant de la main plutôt que des palmes.

 

Avantages

  • Convient aux débutants comme aux plus expérimentés.

  • Instinctive

  • En surface ou au fond

  • Efficace dans la mousse, par mer agitée ou à marée haute sur un plateau recouvert de moules ou sur une côte rocheuse abrupte.

  • Permet de surprendre des poissons endormis ou en train de se nourrir

  • Vieilles, daurades, sars, rougets, poissons plats, seiches et bien d’autres…

Chasse à l'arbalète

Conseils pour bien la pratiquer

Plus difficile à maîtriser qu’il n’y paraît, cette technique de l’indienne demande à la fois la plus grande discrétion et une très forte réactivité. Il faut avoir tous ses sens en éveil et être prêt à tirer très rapidement sur un poisson que l’on vient de débusquer en une fraction de seconde. Avec une grande concentration, votre regard et votre arbalète dans le même prolongement, vous parviendrez à surprendre le poisson, lorsque vous vous déplacez à contre-courant, en palmant discrètement ou en vous accrochant au relief.

Pas de mauvais calcul, l’approche doit être parfaitement maîtrisée. Trop loin c’est trop tôt, vous allez le rater… et trop près c’est déjà trop tard, il risque de fuir. Profitez de votre avantage, le tir doit être rapide et précis.

Lorsque vous serez plus expérimenté, vous pourrez pratiquer l’indienne mixte appelée aussi agachienne (agachon/ramping) ou (fond/surface) : intéressante à condition de prendre en compte les facteurs que sont la zone, les conditions météorologiques et l’espèce convoitée.

 

Quel matériel pour l’indienne ?

Le matériel de chasse sous marine recommandé est assez simple : une arbalète adaptée, un masque anti-reflet et des palmes.

       1/ Priorité à la maniabilité: une arbalète de taille moyenne (harpon à sandow ou fusil pneumatique), comprise entre 75 et 95 cm serait la plus adaptée. Misez sur la légèreté du carbone ou de l’aluminium;

        2/ Inutile de s’encombrer de montages compliqués et d’équipements en double comme les sandows, les longueurs de nylon ou les ardillons;

        3/ Optez pour un masque de chasse sous marine qui offre un large champ de vision qui permettra de voir avant d’être vu. Si possible, un masque “anti-reflet” appelé aussi miroir serait l’idéal. Les marques C4, Mares, Imersion, Cressi en proposent

         4/ Les déplacements doivent être instantanés. Les palmes courtes et nerveuses sont les plus adéquates.

 Masque chasse sous marine anti reflet

Vous avez maintenant toutes les informations pour pratiquer la chasse à l’indienne et voir sans être vu. C’est une pêche d’instinct. Concentré, observateur, sans précipitation mais ultra-réactif, il ne vous reste plus qu’à bien viser !

 Crédit Photo Cressi, Omer